Rechercher

La pompe à chaleur solarothermique

Depuis maintenant quelques années, un mode de chauffage devient de plus en plus populaire : la pompe à chaleur. Cependant, il est possible d’aller un peu plus loin désormais, avec le solarothermique. Comment fonctionne-t-il ? Quels en sont les avantages ? On fait le point avec vous.

Comment fonctionne une pompe à chaleur solarothermique ?

Comment se compose une pompe à chaleur solaire ?

La première chose à comprendre avant de vous présenter le fonctionnement d’une pompe à chaleur (PAC) solarothermique, c’est de comprendre la différence avec une pompe à chaleur standard. Il existe donc trois systèmes différents :

  • L’aérothermique : c’est l’air ambiant qui est utilisé par la pompe pour fonctionner
  • La géothermique : c’est la terre qui est ici utilisée
  • La solarothermique : l’énergie du soleil alimente donc le système

Vous l’aurez compris, une pompe à chaleur solarothermique s’avère particulièrement efficace dans les régions ensoleillées comme le Sud de la France, comme elle utilise le soleil. Cependant, cette même pompe à chaleur solaire peut fonctionner différemment selon les panneaux solaires utilisés :

  • Photovoltaïques : l’énergie solaire est utilisée pour alimenter en électricité la maison, et donc, la pompe à chaleur. Cependant, la chaleur captée doit provenir d’une autre source (l’air ou la terre).
  • Thermiques : l’énergie solaire chauffe un système de tuyaux d’eau chaude, ce qui crée alimente le système de chauffage de la maison. Ici, la pompe à chaleur intervient uniquement si l’énergie solaire ne suffit pas à chauffer la maison.
  • Hybrides : les panneaux créent de l’électricité et, en même temps, chauffe de l’eau pour la maison.

Un fonctionnement en trois postes pour la pompe à chaleur solaire

Ainsi, une pompe à chaleur solarothermique va utiliser le rayonnement solaire (avec des panneaux thermiques ou hybrides donc), afin de faire chauffer l’eau du système. Pour cela un ballon tampon doit être installé. Ce dernier va alors servir d’intermédiaire en stockant l’eau chauffée par les panneaux solaires. Par conséquent, il pourra rétribuer l’eau chaude dans les radiateurs de la maison, sans être dans l’obligation d’avoir du soleil constamment. Enfin, la pompe à chaleur prendra le relais dès que l’ensoleillement n’est plus présent et que le chauffe-eau ne dispose plus assez de stock d’eau chaude.

En fonction de la taille de votre maison, il faudra un équipement plus ou moins conséquent. On estime la taille du ballon d’eau chaude devant être d’environ 1 m³, et avoir au moins 15 m² de panneaux solaires sur la toiture ou dans le jardin. Bien évidemment, plus vos panneaux solaires sont bien placés, plus le rendement sera intéressant pour vous.

Quels sont les avantages d’utiliser une pompe à chaleur solarothermique ?

En comprenant le fonctionnement d’une pompe à chaleur solaire, ou solarothermique donc, vous en déduirez très rapidement l’avantage le plus important : les économies d’énergie, et donc, des factures moins élevées ! En effet, à partir du moment où la majeure partie de l’eau chauffée l’est grâce au soleil, l’utilisateur ne paie pas un seul centime d’électricité. Aussi, si la pompe à chaleur est alimentée par les panneaux solaires, c’est identique, aucun watt n’est consommé par le système. Libre à vous de choisir la meilleure des solutions :

  • Soit vous laissez la pompe à chaleur alimentée par les panneaux solaires (et donc par le système électrique standard lorsque le soleil disparaît).
  • Soit vous chauffez un système d’eau avec les panneaux solaires et la pompe à chaleur prend le relais lorsque le ballon intermédiaire n’est plus en mesure de délivrer son stock d’eau chaude.

Autre point important : l’aspect écologique. Même si une pompe à chaleur est un système qui ne consomme pas beaucoup, cela reste de la consommation. Avec les panneaux solaires, vous avez une énergie infinie ou presque (tant que le soleil nous éclaire en effet). De ce fait, votre impact sur la préservation des ressources s’avère bien meilleur.

Quels sont les inconvénients d’une pompe à chaleur solarothermique ?

Comme souvent avec un système aussi intéressant, il y a des inconvénients. Pour la pompe à chaleur solarothermique, c’est principalement son coût. On estime à ce jour qu’il faille environ 20 000 € pour une installation moyenne. Ce coût se justifie, au final, par l’installation de deux systèmes : la pompe à chaleur et les panneaux solaires. Bien évidemment, il existe des aides (nous y reviendrons dans la partie suivante), mais le reste à charge sera tout de même toujours important. Malgré ce coût élevé, nous rappelons que les économies d’énergie réalisées viendront compenser cet investissement sur le long terme.

Second point qui pourrait bloquer à l’achat d’une pompe à chaleur solaire, c’est son rendement. Dans certaines régions, il est déconseillé d’installer ce système : si l’ensoleillement n’est pas assez fort, alors le rendement sera très faible. Pour une maison bien placée et idéalement isolée, on estime que ses occupants devront importer (seulement) 20% de leur énergie pour se chauffer et vivre.

Quelles sont les aides pour installer une pompe à chaleur solarothermique ?

Si vous souhaitez installer une pompe à chaleur solarothermique, peut-être vous retrouvez-vous bloqués par le prix total de l’ensemble. Cependant, la bonne nouvelle, c’est qu’il existe plusieurs aides pour faire baisser la facture :

  • MaPrimeRénov’ : fusion entre le crédit d’impôt et la prime Habiter mieux de l’Anah, elle peut atteindre jusqu’à 11 000 € pour le financement des travaux. Point important : elle est éligible aussi bien pour un propriétaire bailleur qu’occupant.
  • Éco-prêt à taux zéro : vous profitez d’un crédit sans intérêt
  • TVA à 5,5% : cela fait baisser mécaniquement le prix d’achat de votre système.

Aussi, pensez à vous renseigner auprès de votre région, voire de votre commune : il existe parfois des aides dont personne ne connait l’existence et qui sont pourtant intéressantes.

Les conditions pour être éligible à MaPrimeRénov’

Pour profiter de cette aide, vous devrez respecter trois conditions :

  • Être propriétaire d’un logement habité (par vous-même ou en location), construit depuis plus de 15 ans.
  • Faire installer le système par un professionnel certifié RGE
  • Ne pas dépasser un plafond de ressources

Par exemple, une famille avec deux enfants ne doit pas déplacer ces plafonds pour espérer obtenir l’aide :

  • Île-de-France : 43 472 € (très modeste) et 52 925 € (modeste)
  • Province : 31 359 € (très modeste) et 40 201 € (modeste)

Si vous êtes éligible, pensez à lancer le dossier avant le début des travaux, cela vous évitera d’avancer le montant de l’aide.